Madagascar, la Terre d’avenir

Madagascar est une terre d’avenir

… qui le restera définitivement ? Ça doit bien être la dixième chronique que j’écris, peut-être pas avec le même titre, mais tout du moins sur la même thématique ?

Un incroyable visionnaire ce grand Charles. Sans doute mieux que quiconque, il a rapidement cerné le caractère de l’homme endémique. Et partant de là, a sorti sa petite phrase prémonitoire ?

Oué mais c’est vous les vazaha qui aviez divisé les Malgaches. Oué vous avez divisé.. pour mieux régner.

Bah je dirai que .. c’est de bonne guerre non ? Si les autochtones sont trop crétins pour se laisser diviser par le premier venu, qui est réellement responsable ? On est en guerre, je viens te coloniser, et bien c’est normal que j’utilise tout ce que je vais trouver sur mon chemin non ? Sans états d’âme, puisque c’est la guerre.

Mais ce qui est curieux c’est que 60 ans après avoir obtenu ton indépendance, tu n’as toujours pas avancé ? Alors que dans le même temps, d’autres pays anciennement colonisés aussi, eux, s’en sortent très bien ?

Il en ressort donc que non, on dirait bien que le problème ce ne sont pas les colons mais bien toi cher ami malgache ?

Le cpasmafote que l’on retrouve toujours allègrement de nos jours. L’irresponsabilité. Le dedakisme, la frime, le ory hava manana, l’hypocrisie, le mpamadikisme.. on dirait bien que ça existait avant la colonisation, pendant la colonisation.. et après la colonisation ?

Chaque jour qui passe, je suis de plus en plus convaincu que c’est notre improbable métissage indo-bantou unique au monde qui est à l’origine de ce caractère tout aussi .. improbable. L’intelligence asiatique associée à la fourberie africaine, le cocktail est explosif ! Io izy io.

Et de Gaulle l’a bien compris aussi. Tout de suite. Rapidement. Immédiatement. Il a vu le “potentiel” incroyable de la Grande île, ses atouts, ses ressources… mais il a vu aussi l’indo-bantou et en a rapidement conclu que cette Terre était vraiment d’avenir. Mais qu’elle le restera.

Paradoxalement, n’avez vous jamais eu cette perception que le Malgache était en fait très malin ? Fetsy fetsy en vo… mais malheureusement ratsy.. ou po*y si vous voulez.

Cette fourbe hypocrisie qui ne vous dira jamais ni oui ni non. Cette apétence effrénée pour l’argent et le pouvoir.. Oui oui vola, voninahitra.. et v***. Cette propension innée pour le vol. Cette paresse légendaire au travers de son moramora…

Le temps passant, le peu d’élites qu’il y avait, ils ont été très vite rattrapé par la masse grouillante d’une démographie effrénée. La division s’est étendue entre les indo-indo et les bantou-bantou.

Et nous voila en 2022. Tout ce que vous vivez aujourd’hui, Charles l’avait prédit. Cette pauvreté, cette misère, ces dirigeants qui ne le sont que de nom … Tout était écrit.

Et malheureusement, la mauvaise nouvelle c’est que je n’ai pas de remède miracle pour changer tout cela. Et vu la pente sur laquelle nous nous trouvons, tout ira de mal en pis.

Bon et bien bon courage à tous alors. En fait si, j’ai une solution : barrez-vous. N’importe quel autre pays au monde fera l’affaire.

Même les Comores, n’en déplaise à certains.

Subscribe
Me notifier des
guest
12 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
justice-madagascar.org
justice-madagascar.org
4 mois plus tôt

Elman, vous avez résumé la topologie. << Cette fourbe hypocrisie qui ne vous dira jamais ni oui ni non. Cette appétence effrénée pour l’argent et le pouvoir.. Oui oui vola, voninahitra.. et v***. Cette propension innée pour le vol. Cette paresse légendaire au travers de son moramora…>>
Les malgaches sont peut être des adeptes de la pratique sado masochisme qui trouvent leur jouissance dans la douleur que leur inflige leurs dirigeants.
Barrez vous avant qu’il ne soit pas trop tard tel est le crédo d’Elman qu’on souscrit partiellement car on n’ a qu’une seule vie lorsqu’on ne fait pas partie du sérail des dirigeants.

Coco
4 mois plus tôt

Une petite anecdote sur l’histoire malgache :
Il y avait dans les années 50, un projet dans la région Sakay, où sont venus s’implantés des agriculteurs réunnionais. Lorsqu’ils sont arrivés, il n’y avait qu’un grand étendu de latérite. Un sol difficile à cultiver. Au bout de quelques années, ils ont réussis à rendre cette terre très productive. Il y avait des cultures de toutes sorte et des grandes fermes pour alimenter les principaux marchés de Madagascar dont ceux de Tana en particulier. Au point que beaucoup de gasy venaient y travaillaient et y vivrent. Au bout de 10ans, émergeait une petite ville de tout cela du nom de Babetville.
Puis, l’indépendance est arrivée, le projet prit une tournure un peu différente sous la présidence de Tsiranana. Mais il continua tout de même. Ensuite arriva 1972. Un vent de nationalisme impulsé par Ratsiraka obligea les Réunionnais à partir. C’était la fin du projet selon la conception voulue.
Dans le film documentaire de Luc Bongrand “Les Larmes de la Rivière Piment – Terre Brûlée” qui relate cette histoire, un des protagonistes français ayant été agronome pendant ce projet déclara :
“Après la Sakay, j’ai eu l’occasion de travailler dans differents pays avec d’autres personnes et jusqu’à présent, je n’ai jamais rencontré des travailleurs dans le domaine agricole, aussi compétents que les malgaches que j’ai connu dans la Sakay. Ce que je n’ai jamais compris, c’est pourquoi, une fois que nous sommes partie, les dirigeants malgaches de l’époque (ère Ratsiraka), ont fait partir également ces gasy qui étaient fiables, connaissaient le projet, cette terre, les techniques agricole particulière à celle-ci et qui étaient à même de continuer ce qui avait été réalisé déjà pour les remplacer par d’autres gasy venus d’ailleurs et qui étaient absolument étranger à tout ça ? “
Tout le drame malagasy réside sans doute dans cette dernière déclaration qui veut qu’on bousille des choses qui marchent et remplace des gens compétents par certains individus par copinage et couleur de cravate. C’est la croix que porte Madagascar depuis 60ans. Hélas !

Modifié 4 mois plus tôt par Coco
Soso
Soso
En réponse à  Coco
4 mois plus tôt

Mais cette propension à vouloir inventer l’eau chaude vient aussi du caractère “miseho milay” des gougous qui prétend toujours être plus fort/malin que leurs voisins. Re-voyez la vidéo “Je ne suis pas plus nul que Ravalomanana” pour cerner ce caractère. Mais je vous assure qu’il n’est pas le seul.
Moi, je ne traite jamais une affaire sérieuse avec un(e) malgache (désolée!). Car je sais pertinemment que celle-ci va partir en eau de boudin, tôt ou tard, vu ce caractère.

Rakotomangamijoro
Rakotomangamijoro
En réponse à  Coco
4 mois plus tôt

C’est plus profond que ça. Beaucoup de malgache ne comprennent pas que la réussite est le fruit d’énorme travail. Et même avec beaucoup de travail, on ne réussit pas tout le temps.




Raza
Raza
4 mois plus tôt

Il semble que ce soit plutôt à Georges Clémenceau qui faille attribuer cette petite phrase assassine et non pas à propos de Madagascar mais du Brésil !
C’est une brève de comptoir à Mada mais elle lui va si bien…

Ralay
Ralay
4 mois plus tôt

Je vais un peu mettre le pied dans le plat. On a tous tendance a juger les malgaches selon ceux qu’on connait, c’est normal. Mais les malgaches ne sont pas tous comme ca, et j’ose meme dire que la grande majorite n’est pas comme cela. J’ai fait plusieurs mada raid dans ma vie (etant petit avec un parent pour ses missions, et pour les vacances), des que vous quittez un peu les grandes villes, la mentalite change. mais les malgaches sont tres corruptibles, et cela a empire depuis 2009, la cherete de la vie etant ce qu’elle est, je ne les blame pas. On doit manger.

Ralay
Ralay
En réponse à  elman
4 mois plus tôt

La, je vous répondrais que cela dépend grandement des leaders en place. J’en reviens un peu a ma famille et connaissances, avant 2003, on faisait des petits “bizina”, de la corruption quoi. C’était permis, même les pays étrangers avaient une ligne budgétaire pour cela, ils appelaient cela “facilitation administrative”. Apres 2003, création du Bianco, on a tout stoppe, ayant eu des proches dans ce bureau qui nous ont bien fait savoir qu’il n’y avait pas de famille qui tienne. on avait surtout pris plaisir a cheminer sur le droit chemin et on voyait a peu près ou allaient nos impôts. Et franchement, la 4L on aurait pu en avoir 3 ou 4. Apres 2009, on était trop vieux pour ces c*onneries mais la tentation fut grande et le Bianco, ben c’est le Bianco. Il ne valait plus rien. Tout cela pour vous dire que tout dépend des dirigeants. Comme a dit Barack Obama, on a besoin d’institutions fortes. Mais pour faire des institutions fortes, ils faut des hommes/femmes fort(e)s. Le Malgache n’est pas qu’une main d’œuvre bon marche et malléable. c’est surtout un esprit est une mentalité modelables. Des c*ons j’en ai connu et j’en connaitrai, des idiots aussi, mais j’ai vu l’influence que pouvait avoir une personnalité forte et intelligente sur ce genre de personne (sur trois continents). Si on veut que Madagascar, s’en sorte, il faudrait un leader ferme, ayant une main de fer (rien a faire du gant). Une vision et un sens aigu de la réalisation. Ce qui est bien avec le régime actuel, c’est que nous avons une idée précise de ce qu’il ne faut pas faire et de surtout de ce qu’il ne faut pas être. Personnellement, je plannifie de quitter Mada l’annee prochaine, annee electorale, ca va etre la zumba. Car le lapin quittera pouvoir de la meme maniere qu’il l’a obtenu, dans le sang. Si il le quitte.




Fil info

Commentaires

Voir d'autres articles