Moi je choisis soigneusement les gens avec qui je travaille …

Moi je choisis soigneusement les gens avec qui je travaille …

Gné ? Bah le titre est très clair non ? Moi je choisis soigneusement les gens avec qui je travaille … C’est limpide, mazava tsara.

Euh oui et donc ? On s’en fout non ? Non on ne s’en fout pas, bien au contraire. Comme vous le savez (ou pas), je suis en charge d’une montagne de projets et ma mission est donc d’assurer que chacun de ces projets arrivera bien à son terme, que le cahier des charges soit respecté, qu’ils soient réalisés dans les règles de l’art, en temps, en heure, et suivant le budget convenu.

Ouf ça fait beaucoup de choses dites donc 🙂 Donc vous comprenez mieux le « Moi je choisis soigneusement les gens avec qui je travaille … ». C’est important. C’est critique même car si vous bossez avec des boulets ou des bras cassés, laissez tomber, aucune chance de mener à bien quoi que ce soit.

Et c’est là que j’ai une chance incroyable ici en France car je dispose de ce petit pouvoir de sélectionner avec qui je dois bosser. Que ce soit du recrutement en interne ou la sélection de prestataires, et bah le père elman a son mot à dire pour autoriser le cachet de validation de la collaboration. Ou pas.

Et non ça me monte pas à la tête, je garde les pieds sur terre. Car encore une fois si ça part en sucette, voire en vrille, c’est qui le premier responsable ? Bah le père elman toujours, cqfd.

Du coup, je suis très très très exigeant sur toutes ces nouvelles collaborations, ces recrutements techniques. Les compétences sont importantes certes mais entre 2 profils, l’un hyper qualifié, et l’autre beaucoup moins, et bien il m’est arrivé de retenir celui qui est moins bien qualifié. Ah oui et pourquoi ?

Car les compétences, le savoir-faire sont une chose. Le savoir-être, les « soft skills » sont une autre. Et en général ça se joue à l’entretien. Il me faut des gens avec qui je peux bosser au quotidien, pas des chi*eurs(euses)… qui me feront chi*er à longueur de journée. Et donc avec qui je n’avancerai pas. Et donc encore une fois à cause de qui tout me retombera dessus en cours de route. Le grand jeu de la patate chaude c’est pas mon truc et tant que je peux éviter, j’évite.

En ce sens, tout ce qui est népotisme, copinage et complaisance dans le processus de recrutement, on évite aussi. Je n’ai aucune compétence en RH mais par contre je sais parfaitement quels sont les profils techniques qui m’intéressent (UX/UI, chefs de projets, développeurs, intégrateurs, community managers, etc.) et quelques minutes d’entretien, de conversation me suffisent également pour savoir si on peut travailler ensemble. Ou pas.

Bref, où est-ce que je veux encore en venir avec tout ça ? Ah oui, à mon sens, le recrutement dans une boîte privé et dans les hautes sphères de l’Etat ne devrait donc pas être si différent que ça, non ? Il faut donc s’entourer avec des gens qui ont le savoir-faire mais aussi le savoir-être. Et bien entendu intègres.

C’est de la science-fiction à Madagougou ? Où tout n’est que népotisme, copinage, corruption ? Alefa, mametra kely et tu auras le poste ? Bon allez, c’est ma nièce, tu peux la prendre ?

Bref, quand on voit l’état dans lequel se trouve le pays aujourd’hui, cela veut donc dire que le top recruteur au sommet de la pyramide a mal fait son job, c’est aussi simple que cela.

elman

Digital Native Allez on y croit !

Subscribe
Me notifier des
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
CLAUDE
CLAUDE
Gold
2 mois plus tôt

Tsy mba mitsidzo ny avana kosa i Elman zany. Lol

CLAUDE
CLAUDE
Gold
En réponse à  elman
2 mois plus tôt

Zay raisonnement zay no tena tsy mbola aient gasy.

ACTUTANA