Pourquoi tout est médiocre à Madagascar ?

Pendant que j’écris cette chronique, ardine elle s’occupe autrement 🙂

Gné ? Du gasy bashing matinal ? Euh oui et non si vous voulez mais comme on dit, qui aime bien châtie bien non ?

En fait la réflexion m’est venue suite à la lecture des différents articles de la Gazette DGI sur la médiocre qualité de service des soins médicaux à Madagascar.

Propreté douteuse, saleté même, voretra attitude, personnel désagréablement hautain be zesta masosy p*** (désolé pour la grossièreté), absence de plateau technique et on en passe.

La pauvreté n’excuse ni n’explique pas tout, c’est vraiment dans la tête que c’est toc toc au pays endémique. Tena on est vraiment spécial les gars (gasy) hein !

Je sais pas moi.. on n’enseigne pas la bonté, la sympathie, l’empathie et toussa dans les amphithéâtres ? Bonjour, merci, au revoir, un sourire, tsara fanahy quoi ?

En lieu et place on n’a que des gens hautains, miavonavona, kizitina et toussa. Oui je conçois que le métier est sans doute difficile, confronté certainement au quotidien à toute la misère du monde mais personne n’a forcé personne à le faire non plus non ?

Oui des métiers sont certainement plus compliqués que d’autres, et s’assimilent plus à un sacerdoce, toutefois les critiques que je viens d’émettre ne s’appliquent pas qu’au système hospitalier

… mais à l’ensemble de la société malgache lol ! Prenez n’importe quelle activité où il y a de l’accueil, non mais excusez nous de vous déranger quoi.

Que ce soit au restaurant, à l’accueil d’un service, public ou non, dans un magasin, bref, n’importe quoi qui nécessite un échange verbal, laisse tomber letsy e. On a vraiment un problème dans la tête.

Oui oui tampohany ny any andafy si vous voulez mais moi au moins ici à andafy je bénéficie en général toujours d’un accueil sympathique où que j’aille.

Que ce soit dans un hôpital, à l’accueil d’une mairie, dans un magasin, un restaurant et toussa, c’est toujours bonjour monsieur, que puis-je faire pour vous, merci, au revoir.

Et cette qualité d’accueil se répercute forcément sur la qualité des infrastructures faisant qu’au final on a une bonne qualité de service dans l’ensemble.

Donc toussa, indépendamment du pognon, contribue à faire d’un pays où il fait bon y vivre… ou au contraire,  médiocre voire rédhibitoire.

Moi en tout cas ma princesse je la formerai pour être toujours souriante et accueillante. Et dans le même temps à être également mailo et méfiante, mais l’un n’empêche absolument pas l’autre bien au contraire.

Quand à vous au pays endémique que voulez-vous que je vous dise d’autre. Io izy io zany, et malheureusement je ne pense pas qu’on puisse y faire quoi ce soit à l’échelle nationale, c’est fichu.

Par contre ceux qui ont encore des enfants, et bien vous savez ce qu’il vous reste à faire pour que vos rejetons ne viennent gonfler les rangs du troupeau miavonavona, kizitina.. et tête à claques masosy p*** au final quoi.

Subscribe
Me notifier des
guest
13 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Banksybeat
Banksybeat
20 jours plus tôt

mal b***é(e)s daholo ve! 🙂

Banksybeat
Banksybeat
En réponse à  elman
20 jours plus tôt

Aiza kosa, betsaka ny bandy very tadimpoitra aty an :-), les femmes sont plutôt modernes même s’il reste beaucoup de chemins à parcourir

Banksybeat
Banksybeat
En réponse à  elman
20 jours plus tôt

Oui, il suffit de voir le foisonnement des instituts proposant des formations paramédicales à chaque coin de rue. Tout le monde veut obtenir son diplôme pour travailler, de l’autre côté, tout le monde veut aussi gagner le maximum d’argent. Il est sûr qu’une bonne partie de l’éducation se fait dans la cellule familiale ou dans les classes primaires. Après c’est difficile de redresser tout cela dans les amphis. Pour certains jobs en vogue comme les call centers, il est plutôt impératif d’être poli(e)s pour accueillir et parler avec les clients. Je trouve que c’est très positif pour l’ensemble.




Rakoto
Rakoto
20 jours plus tôt

D’une façons générale, les Malagasy sont moins avenants avec leur compatriote. S’il y a un métier qui exige l’affabilité, le soignant doit-être en tête de liste. Mais avons nous compris cela, est-ce que cela fait partie de la formation ? Nous excellons dans la médiocrité, à tous les niveaux depuis nos pseudos gouvernants.

zafimbaza
En réponse à  Rakoto
20 jours plus tôt

C’est vrai ce que constate Rakoto . Je me suis tjrs demandé pourquoi les gens sont en rogne surtout à Tana . Pourtant ils fréquentent assidument les églises , les prêches sont rano andamosingisa? Et quand ils sont contents c’est après qq verres d’alcool .

Afist
Afist
20 jours plus tôt

ce que je constate c’est que meme pour les metiers du commerce exigeant des contacts humains, nous sommes toujours hautains et desagreables. Je crois que c’est culturel, pour le mpanampy avant on disait mpiasa alors qu’en entreprise tout le monde est mpiasa 😉
Il y a aussi cette mentalite de celui qui detient un petit pouvoir par rapport aux autres comme le commercial d’accueil du transport public, j’ai nomme le receveur/goal du betax qui traite tout le monde comme de la me*de.
L’elevage contemplatif du troupeau par les maitres FRAM ne va pas arranger les choses

despote
despote
20 jours plus tôt

A mon avis, ces personnes hautaines et méprisantes sont tout simplement des frustrées et des complexées. Il s’agit davantage de complexe de supériorité dans le cas des toubibs. Ils se croient meilleurs et plus intelligents que tout le monde et le font comprendre à leurs interlocuteurs par leur façon de parler ou d’agir.
Quant aux personnels chargés de tout ce qui est accueil, genre vendeuses, réceptionnistes, serveur…, ils éprouvent plutôt un complexe d’infériorité. Ceux-là, ils auront tendance à se comparer avec les clients. Voilà pourquoi ils n’arrête pas de toiser les gens de la tête aux pieds, histoire de déceler le moindre signe de richesse sur eux.

Modifié 20 jours plus tôt par despote




Fil info

Commentaires

Voir d'autres articles