Rentrer à Madagougou ? Waouh …

Moi rien qu’à l’idée d’aller la casser sur les belles routes madagougouesques, brrr

Au hasard des chroniques on rencontre des commentaires et des décisions, comment dire … totalement inattendus ?

Voir : Ma préoccupation ce matin …

Si la propension de votre serviteur, et ce n’est un secret pour personne, serait plutôt au “barrez-vous de Madagougou si vous le pouvez“, et bien non, pour d’autres personnes, ce serait plutôt au contraire “je veux aller m’installer à Madagougou“.

Waouh ! Franchement chapeau bas. Surtout quand on s’aperçoit, au fil des discussions, qu’il s’agit d’un projet réfléchi, mûri, préparé. Et ce qui force encore plus le respect c’est le momentum retenu : en pleine crise sanitaire, sociale, économique, politique, kay 😯

Bref, dans un moment qui, à première vue, ne s’y prêterait pas du tout. A première vue car effectivement, après réflexion existe-t-il réellement un “bon moment” pour aller rentrer et s’installer à Madagougou ?

Non en fait le bon moment c’est quand vous, vous vous sentez prêt. Et ça, peu importe les situations sanitaire, sociale, économique, politique au bled, ça y est, vous “sentez” que c’est pour vous, c’est le bon moment, alefa, rien ni personne ne vous fera changer d’avis.

Et bien quand on a affaire à ce genre de motivation, ça force le respect comme on a dit, et il est donc inutile de tenter d’en dissuader le concerné de quelque manière que ce soit. Non, comme c’est une voie qui a déjà été empruntée, revenons donc à l’esprit du site et au plaisir de partager 🙂

Effectivement, hormis votre serviteur, beaucoup ont déjà tenté l’aventure, avec des fortunes diverses. Ce que j’en ai retenu, c’est que ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui ont une certaine capacité d’adaptation, face à des situations compliquées, voire improbables. Ubuesques même.

Si vous êtes habitués à votre petit fiainana tsotra, milamina et mirindra en France ou ailleurs, que vous n’aimez pas les imprévus, que l’injustice et le n’importe quoi vous hérissent les poil du dos, laissez tomber, l’aventure Madagougou c’est pas pour vous 🙂 C’est risque d’AVC puissance 100… au quotidien.

J’ai déjà donné un aperçu de ce quotidien dans ma précédente chronique. Mais ça, c’était encore assez sympathique car ça peut être “énormément beaucoup plus pire” que ça. Si vous avez par exemple été habitué jusqu’ici à une Police et une Justice qui marchent bien, êtes-vous prêt à vous confronter à une Police et une Justice qui ne marchent pas bien ? A l’injustice donc ? A une Justice qui sera en faveur de ceux qui ont le bras long ? De ceux qui proposeront une plus grosse mallette que la votre ? A un système où l’oncle juge du cousin du beau-frère de la femme de votre gardien pourra vous mettre en prison, car vous l’avez surpris en train de vous voler et que vous l’avez viré ? Ceux qui ont deja été confronté à ce système ubuesque sauront de quoi je parle.

On débarque souvent à Madagougou gonflé à bloc, avec plein d’enthousiasme et pétri de bonnes intentions. L’enthousiasme du “débutant” effectivement 🙂 Et puis les réalités du quotidien grignotent petit à petit ce bel entrain.

Il suffit de regarder nos chers dirigeants. On ne doute pas de leur volonté de changer les choses avec leur IEM et leurs velirano mais dans les faits ? A mi-mandat bientôt ? Donc si des gens qui ont toutes les prérogatives de la puissance et des finances publiques se vautrent aussi lamentablement, vous pensez que vous ferez mieux qu’eux ? 🙂

J’ai déjà donné pas mal de conseils dans l’autre chronique, je n’y reviendrai donc pas. Effectivement, ceux qui ont la double nationalité ont cet avantage certain de pouvoir se barrer quand ils le souhaitent.

Dans ce cas, je réitère donc mon ultime conseil : gardez toujours en permanence sur votre compte épargne de quoi vous payer vos billets retour en France, on ne sait jamais de quoi l’avenir est fait.

Et surtout, ça peut aller très vite !

Subscribe
Me notifier des
guest
51 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
justice-madagascar.org
justice-madagascar.org
1 année plus tôt

Un des plans de repli est d’avoir la nationalité française (par exemple) qui va vous permettre de rentrer en France en cas de souci majeur, à tout moment. La possession de la nationalité française vous permettra également de faire bénéficier gratuitement à vos enfants des formations gratuites au lycée français du bled ainsi que de les faire bénéficier plus tard des bourses étudiantes (en France). Les bilans de santé annuels sont également offerts pour les possesseurs du sésame. Les aventuriers idéalistes et imprudents qui sont rentrés au pays sans cette sésame n’ont que du regret.
On a été déjà passé 5 mois à Antanimora sans raison. Un séjour qui vous permettre de comprendre le crédo d’Elman : fiainana tsotra, fiainana milamina sy mirindra

A un système où l’oncle juge du cousin du beau-frère de la femme de votre gardien pourra vous mettre en prison, car vous l’avez surpris en train de vous voler et que vous l’avez viré ? Ceux qui ont deja été confronté à ce système ubuesque sauront de quoi je parle.

rnaivos
En réponse à  justice-madagascar.org
1 année plus tôt

de mon point de vue, les 3 pré-requis avant d’envisager un retour à Mada sont :

  • Avoir les moyens et pouvoir faire un rollback 🙂 à tout moment en cas de souci, ou disons le, d’échec du projet => donc avoir le sesame [Checked]
  • Avoir un chez soi sur place pour ne pas avoir payer un loyer mensuel (hoy ny gasy Jiolahy manan-trano sarotra hatao ho olon-dratsy) [Checked]
  • Assurer que les enfants puissent étudier en France à Mada ou ailleurs et qu’ils ne seront pas prisonniers des choix des parents => avoir des revenus qui permetteront de le financer (par exemple immobilier) [Checked]

Si ses 3 pre-requis sont remplis, le reste dépend du projet de vie et de ce que l’on souhaite entreprendre sur place.

rnaivos
En réponse à  elman
1 année plus tôt

oui je sais, ce ne sont que les pre-requis sans quoi rien ne se fera ni ne s’initiera.
Après c’est comme tout projet il y a plein d’autres éléments à tenir compte et auquels il faudra apporter réponses et des solutions (comme le sujet de la sécurité par exemple).

rnaivos
En réponse à  elman
1 année plus tôt

Je suis tout à fait d’accord

mpijery
mpijery
En réponse à  elman
1 année plus tôt

Effectivement, je pense avoir cet état d’esprit alors que je n’ai pour le moment aucun de ces pré-requis.
Cela dit, rentrer est vraiment en dernier recours, mais je le ferais avec plaisir, ma femme est suffisamment raisonnable pour accepter ce fait 🙂

Modifié 1 année plus tôt par mpijery
rnaivos
En réponse à  mpijery
1 année plus tôt

Les pré-requis, c’est moi qui me le suis fait tout seul suivant notre contexte familial et notre vécu.
Vous aussi, vous pouvez vous en constituer un qui correspondrons à vos besoins et vos préoccupations. Ca vous permettra de mesurer le chemin parcouru ou à parcourir avant d’envisager atteindre l’objectif.

mpijery
mpijery
En réponse à  rnaivos
1 année plus tôt

C’est exact, d’autant plus que c’est plus facile pour moi car je n’étais pas parti très longtemps, et comme quelqu’un a déjà dit ici (vous?) il y aura toujours de toute façon des avantages et des inconvénients partout. À chacun de voir comment les gérer et les assumer

Rainintsara
1 année plus tôt

Izaho koa dia mihomana ny handeha hody, eny na dia mbola lavitra aza ny fehi-potoana hodiana. Mba hamela dian-tànana amin’ny tanindrazana, ilay tanindrazana niaviana fokontany/ kominina max fa tsy ho Madagasikara kosa aloha.

barson
barson
1 année plus tôt

Izahay aloha dia nody, après avoir vécu 11 ans en France. Tsy manenina hatreto, nahita asa nifandraiky tam fianarana daholo, épanouïs tsara daholo. Mila manana fitondra-tena milamina, humble, discret, manao profil bas, prudent, éviter les problèmes judiciaires car on sait bien comment fonctionne la justice au pays, etc. Malgré tous ces points, on profite de la beauté de notre île lors des vacances (encore beaucoup d’endroits et de lieux à visiter), la famille, la bouffe, pas de RER ni de métro à attraper à un horaire strict, pas de stress ni peur de se faire flasher ni de perdre des points de permis pour un rien (je ne minimise pas les infractions mais il faut avoir une certaine auto-discipline et maturité), adieu les contrôles d’identité à outrance et le contrôle au faciès, adieu les longues files à la préfecture pour le renouvellement du titre de séjour, etc. Par contre, les sashimis saumon à volonté, yakitoris boeuf-fromage à volonté, qu’est ce que ça nous manque 😀

rnaivos
En réponse à  elman
1 année plus tôt

j’imagine que vous n’habitiez pas en Seine Saint Denis (le fameux 9-3).
Idem perso je n’en ai jamais subi aussi, mais n’empêche à certaine occasions on te fera comprendre toujours que tu n’es pas d’ici, après ça sera fait avec tact ou pas, de manière agréssive ou pas.
L’exemple le plus courant est le “Tu viens d’ou/ t’es de quelle origine” question qu’on pose rarement à un breton :-). Ma femme aime taquiner en répondant je suis de l’ile de France mais généralement ça ne suffit pas.

rnaivos
En réponse à  elman
1 année plus tôt

On va dire du bon coté de Seine Saint Denis. Au hasard, le sud-Ouest du département ?

barson
barson
En réponse à  elman
1 année plus tôt

une bonne tête sûrement 😀 Je roulais en bmw (E36), contrôlé à chaque fois qu’il y avait des flics, même dans le parking de la fac; de loin vous entendiez les flics dire “la bm la bm” !

Rakoto
Rakoto
En réponse à  elman
1 année plus tôt

Moi j’ai été contrôlé une seule fois, du côté de Belleville. Les deux flics étaient tordus de rire .. ils n’ont jamais vu un aussi long nom sur une CIN 🙂

rnaivos
En réponse à  barson
1 année plus tôt

Izahay aloha dia nody, après avoir vécu 11 ans en France. Tsy manenina hatreto,

Voilàaaa, c’est vraiment un choix de vie de rentrer ou pas. Après, il ne faut pas se leurrer car si on veut rentrer pour se faciliter la vie, ça sera un échec total. Par contre si on veut rentrer pour s’épanouir, être heureux ça sera un bon projet.

Sinon, quelque chose qui reviens souvent des retours d’expériences et que je vais graver dans le marbre est l’obligation de discretion dans toutes circonstances une fois sur place.

Rakotomangamijoro
Rakotomangamijoro
En réponse à  barson
1 année plus tôt

Mahafinaritra rehefa mety aminao ka. Fa izay koa no midika hoe samy manana ny mahamety azy ny olona tsirairay. Misy mety amin’ny sasany ilay “environnement” any kanefa amin’ny hafa tsy mety. Izaho manokana alony hitako tsy mety amiko ilay izy.

Modifié 1 année plus tôt par Rakotomangamijoro
rnaivos
1 année plus tôt

en pleine crise sanitaire, sociale, économique, politique, kay

C’est en pleine crise que les meilleurs opportunités se cachent car tout est chamboulés et tout est à inventer.
Quand on arrive dans un système stable, il est très difficile de se faire une place car ceux qui sont déjà installé feront tout pour que vous ne leurs piquer pas leurs part de gateaux.

J’ai fréquenté le JPM ici (Junior pour Madagascar) et leurs membres fondateurs sont tous rentrés au pays dans le milieux des années 90 en pleine crise des Herivelona. 30 ans plus tard ils sont parmi les entrepreneurs les plus en vue du pays à l’instar du président du GEM actuel.

gasy
gasy
En réponse à  rnaivos
1 année plus tôt

je suis tout a fait d’accord avec vous sur la crise et les opportunites. Je cherchais le moyens de me barrer et j’ai finalement trouve le filon pour rester, du mois jusqu’a ce qu’on me le sabotte, qu’on me tue ou qu’on vient me les prendre, car Elman a parfaitement raison aussi, c’est du “didin’ny be sandry”

Bref, mon probleme est inverse. Rester ou partir.

rnaivos
En réponse à  gasy
1 année plus tôt

Rester ou partir.

Le plus important d’être là ou vous seriez le plus heureux. Le reste c’est de la contingence comme l’a si bien dit Elman

gasy
gasy
En réponse à  rnaivos
1 année plus tôt

Vu que je ne suis jamais parti, je ne connais que le “rester”. Donc difficile de dire ou nous serions heureux voyez vous.

A dago? on n’est pas 4mis mais l’herbe semble plus verte ailleurs en voyant les autres exhiber un avion chasse .

L’ eau n’est pas un probleme, et je viens de monter mon kit solaire pour 700.000ar pour 2000W (frigo 12V encore a acheter). Pour dire aussi qu’on peut s’adapter a madagougou quand meme.

mpijery
mpijery
En réponse à  gasy
1 année plus tôt

La solution c’est donc d’essayer non? pour 4 ou 5 ans par exemple 🙂 car l’herbe est toujours plus verte ailleurs

gasy
gasy
En réponse à  mpijery
1 année plus tôt

oui, mais j’irais en asie

Rafangy
Rafangy
En réponse à  gasy
1 année plus tôt

Thailand?

Rnaivos
En réponse à  gasy
1 année plus tôt

et je viens de monter mon kit solaire pour 700.000ar pour 2000W (frigo 12V encore a acheter).

tiens ça m’intéresse vous avez des tuyaux ou c’est fait maison?

gasy
gasy
En réponse à  Rnaivos
1 année plus tôt

fait maison,
PS 200W
regulateur 15A
convertisseur 2000W
batterie 90Ah

Rafangy
Rafangy
En réponse à  gasy
1 année plus tôt

un convertisseur 200-250W fait maison, c’est combien? (à installer dans la voiture )

Rakoto
Rakoto
En réponse à  rnaivos
1 année plus tôt

Président du GEM actuel … J’étais convié à son pot d’adieu du côté de Matignon 🙂

Soso
Soso
1 année plus tôt

20 ans passé, après la fin de mes études en France, je m’entêtais à retourner au tanindrazana jusqu’au moment où quand j’ai envoyé mon CV dans un ministère, j’ai reçu une réponse de type “mametraha kely” pour que mon CV soit lu et que ma demande soit traitée. Depuis, j’ai dit adieu à ce projet.

J’y vais pour les vacances. J’ai préparé ma retraite en y construisant une trano bongo. Et je sirote mon fiainana milamina et mirindra.

Rainintsara
En réponse à  Soso
1 année plus tôt

Ronono izany sisa dia izy e. Trano bongo misy ronono.
Ary zokinjokiny daholo ny ato izany an.

Soso
Soso
En réponse à  Rainintsara
1 année plus tôt

Ie, mbola elaela aloha vao misotro ronono e. Mbola misy 20 taona fara-fahakeliny (raha mbola velona 🙂

Rainintsara
En réponse à  Soso
1 année plus tôt

Inona indray izany raha mbola velona izany? Ny 2023 tadiavinao andrasan’ny tsy manan-ko hanina ka izay 20 taona ve tsy ho andrinao ^_*

Soso
Soso
En réponse à  Rainintsara
1 année plus tôt

Marina ny anao. Ny ahy anie dia juste hoe ny hamisavisana ny ratsy hiavin’ny soa e.

Rakoto
Rakoto
En réponse à  Soso
1 année plus tôt

C’est à vous le Trano bongo à côté du pont de Tanjombato là? 🙂

Soso
Soso
En réponse à  Rakoto
1 année plus tôt

Non, ce n’est pas la mienne 🙂

rnaivos
rnaivos
En réponse à  Soso
1 année plus tôt

Depuis, j’ai dit adieu à ce projet

On va dire que le projet n’était pas encore mûr car vous avez abandonner au premier écueil.
comme il a été souvent dit ici, la vie sur place n’est pas de tout repos et peut même être ubuesque, il faut vraiment avoir un mindset adapté pour l’affronter.

Soso
Soso
En réponse à  rnaivos
1 année plus tôt

Oui, tout à fait. Je ne m’attendais pas à une telle réponse qui m’a écœuré (donc pas prête comme vous dites à m’adapter au contexte local mais juste partie d’une bonne intention)

zafimbaza
zafimbaza
1 année plus tôt

J’ai fait refaire ma CIN française il y a 7 ans .Je reçois une lettre de Nantes me disant que l’on ne me connaît pas . Aussitôt j’écris au Sous-préfet de ma région pour faire part de mon étonnement . Celui-ci m’a répondu rapidement : c’était dû à une erreur vite rectifiée et j’ai reçu mon papier . Il faut dire que des gratte_papiers il y en a souvent qui cherchent des noises pour se donner l’importance qu’ils n’ont pas .
En France si vous êtes dans votre droit, vous gagnez gain de cause .Sans mametraka kely .

Coco
1 année plus tôt

Le coeur souhaite à l’infini s’y installer mais la raison répète à outrance non.

angady
angady
1 année plus tôt

y retourner, oui, mais je veux faire de mon mieux pour assurer l’avenir de mes enfants en dehors de Mada d’abord, là où ma descendance pourrait évoluer dans un monde un peu plus en phase avec son siècle. quand on pense qu’au pays, on est encore à s’éclairer à la bougie et faire la queue à la borne-fontaine pour avoir de l’eau “potable”, non merci. et le matériel n’a rien à y voir. même si j’avais la possibilité d’y être riche comme Crésus, je n’y serais pas heureux. fiainana tsotra, milamina, mirindra, c’est tout ce qu’il me faut et ce dont je bénéficie là où je suis.

angady
angady
En réponse à  elman
1 année plus tôt

c’est bien cela. la partie “mirindra”, disons. quand on est entouré de gens qui vivent à peu près comme toi, pense et évolue à peu près comme toi, tu sens que tu es dans ton élément. rien à envier à personne, et ne vit pas en pensant que les gens autour de toi te jalousent et – qui sait – il y aura un d’entre eux qui te prendra pour cible le jour où il craquera sous la pression.

Modifié 1 année plus tôt par angady

Fil info

Voir d'autres articles

Commentaires