Un talon d’Achille appelé SRMV

Un traitement manuel .. des plus aléatoires ?

Le propre des magiciens, c’est de s’arranger pour attirer votre attention sur leur main droite, et pendant ce temps, vous ne voyez pas ce que leur main gauche bricole. C’est exactement ce qui s’est passé au premier tour de cette élection présidentielle 2018.

De quelle manière ? De la manière que dès le soir du scrutin, l’attention de tout le monde s’est totalement focalisée à Alarobia, au siège du CENI. Ça c’est la main droite. La main gauche, ce sont les SRMV.

C’est quoi une SRMV ?

Méconnu du grand public, cet acronyme signifie Section de recensement des matériels de vote. Concrètement, elle sert à quoi ?

Les SRMV sont des points de collecte des PV des bureaux de vote. Chacun des quelques 24 852 bureaux de vote est rattaché à une SRMV et une SRMV collecte ainsi les PV de plusieurs bureaux de vote. Il y a un SRMV par district et il y a 119 districts à Madagascar.

Le problème ne se situe pas au CENI

Vu que depuis le 7 novembre au soir le CENI s’est retrouvé sous le feu des projecteurs, la fraude à ce niveau semble difficilement concevable. Journalistes, représentants des candidats, observateurs étaient présents sur place, rendant quasiment impossible une fraude à grande échelle à Alarobia.

Le problème ne se situe donc pas au niveau du CENI Alarobia mais bel et bien au niveau des 119 SRMV. Des SRMV éparpillées aux 4 coins de Madagascar, souvent loin des yeux. Un contexte très largement favorable aux tripatouillages des PV, qui fait que potentiellement, le PV envoyé par la SRMV au CENI n’a plus grand chose à voir avec le PV initial signé dans le BV, au soir du 7 novembre 2018.

Et en googlant un tout petit peu, on s’aperçoit que ce n’est pas la première fois que ces SRMV font l’objet de critiques acerbes. Et c’est toujours le même mode opératoire : des PV sont, au choix : maquillés, bidouillés, voire carrément jetés à la poubelle.

LireCommunales – Quand des voix disparaissent à la SRMV

Donc à ce stade on ne comprend pas très bien : le CENI sait d’expérience que ces SRMV ont toujours posé problème alors pourquoi ne pas avoir corrigé et remédié à ce talon d’Achille ? On sait que le CENI a invité chaque candidat à avoir ses représentants au sein de chaque SRMV certes mais là n’est pas le souci : il appartenait d’abord au CENI de prendre les mesures pour sécuriser chaque maillon de la chaîne électorale, c’est l’essence même de son existence.

Et enfin pour la petite histoire, en 2013, si le candidat n°33 n’a toujours pas compris jusqu’à ce jour comment il a pu perdre, il a maintenant la réponse.

Dans une semaine, jusqu’au 29 novembre, la HCC validera (ou pas) le verdict du CENI. Puis le 3 décembre, la campagne du 2ème tour commencera.

Puis rendez-vous le 19 décembre pour le deuxième round.

Ce qui laisse un mois jour pour jour pour régler ce problème des SRMV, et réduire drastiquement le risque de nouvelle crise grave à Madagascar.

Et pour voir encore plus loin, si un jour nous souhaitons voter au petit déjeuner et avoir le résultat au dîner, il faudra supprimer ces SRMV : chaque bureau de vote sera directement relié au CENI, sur un canal sécurisé.

On mesure la route qu’il nous reste à faire pour y arriver quand à ce jour, la plupart des BV ne disposent même pas de calculatrice pour faire les totaux et établir des PV cohérents.

Partager l'article
elman

Digital Native Allez on y croit !

14
Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
ramatoa
Invité
ramatoa

Et ce SRMV est rattaché à quel institution d’État ? Ou indépendant ?

Paradoxe
Invité
Paradoxe

La SRMV composée de personnes hors de tout soupson..?

Le pdt du Ceni, Hery Rakotomamanana balaie à chaque fois d’un revers de la main les questions des journalistes portant sur la SRMV

Arguant du fait qu’elle est composée de personnes ou de personnalités « hors de tout soupson ».. A chacun de se faire son opinion

Mais, l’Humain étant ce qu’il est, le meilleur moyen d’éviter les « tentations » reste encore de concevoir dès le départ, un système qui empêche, ou qui limiterait fortement les occasions de fraudes et/ou de manipulations

Idéalement le système devrait être ouverte et transparente (i.e. les rouages internes sont visibles par tous.) Par contre devrait être coûteux à corrompre – encore un plaidoyer pour la « transparence » au même titre que le principe des logiciels dits Open Source.. mais c’est une autre histoire –

Comme l’a suggéré ActuTana, une solution serait de court-circuiter cette entité et de relier directement chaque BV au QG de la Ceni.

Une alternative serait que chaque BV envoie une image du PV (et pourquoi pas celui du décompte au tableau noir ?) via un téléphone directement à la Ceni. Par un autre canal de transmission via le réseau téléphonique ou l’Internet. Et donc en parallèle à celui de l’envoi du PV « papier », via les SRMV.

Cette approche est déjà adoptée par les QG des candidats

Un simple comparaison des images (numériques) reçus via mobile et les PV (technologie papier), serait bien utile en cas de litige

[BV] -+------------ (photo,image PV)---------> CENI
......|
......+------ [SRMV](PV papier) ------------->

.

dep
Invité
dep

des personnalités « hors de tout soupçon » ça n’existe pas à Madagascar.

Debile Profond 2.1.5 ™
Membre
VIP

J’en ai vu un seul lors de ce premier tour, le pm Ntsay.




Debile Profond 2.1.5 ™
Membre
VIP

[BV] ———— (pdf crypté/exel crypté)———> CENI

kof
Membre

Bon, la bonne nouvelle c’est qu’il ne devrait pas être trop difficile de surveiller 119 pauvres SRMV. On se demande même pourquoi personne n’y a pensé jusque là. A commencer par les candidats. Si les SRMV étaient méconnus du grand public, les candidats eux connaissaient bien leur existence et leur fonction. Enfin j’espère 🙂 . A croire qu’ils voulaient laisser une faille au chaud sous le coude quelque part pour pouvoir crier aux fraudes.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!