Voter Hery Rajaonarimampianina ? Euh ..

Voeux Iavoloha 2018 - Photo Présidence Madagascar

Voeux Iavoloha 2018 – Photo Présidence Madagascar

En théorie nous devrions donc aller aux urnes pour choisir notre Président de la République cette année 2018. Comme nous sommes censés vivre dans un pays démocratique où la liberté d’expression est autorisée, alors exprimons nous sur la question du jour : “Voter Hery Rajaonarimampianina” ?

Oui, pour quels motifs faudrait-il donner (ou pas) un second mandat à l’actuel Président de la République ?

Aujourd’hui, pas de militantisme, c’est le simple citoyen malgache que je suis qui s’exprime, pour dire ce que ce mandat m’a apporté au quotidien. Un espèce de banc-test, comme on les aime sur actutana 🙂

Les +

Sur le plan politique, Hery Rajaonarimampianina a réussi le pari improbable de mater toute velléité de contestation à son égard. Aucun mouvement dans la rue autorisé, toute tentative de défiler dans la rue a été immédiatement étouffée dans l’oeuf.

Le citoyen non violent que je suis apprécie ce calme, je ne suis pas vraiment fan des rotaka et autres mouvements de déstabilisation politique. On nomme un Président pour 5 ans, et bien que l’on aime ou pas, izy aloa no eo @ pouvoir, n’en déplaise, c’est comme ça. Il faut respecter cette fonction.

La seule réalisation qui me concerne directement et qui m’est utile au quotidien, c’est la rocade de la Francophonie. Gain de temps, rapidité, oui j’utilise fréquemment cette route et j’aime.

Pour le reste, en cinq ans, je ne vois pas d’autres réalisations qui me concerne directement dans mon quotidien. Si à votre niveau vous avez vu d’autres points positifs, n’hésitez pas à en faire part.

Les –

Le premier point noir de ce quinquennat c’est indiscutablement l’insécurité, qui a pris des proportions hors normes. Tout Antananarivo est devenue zone rouge, il n’y a plus d’heure, vous pouvez être attaqué matin, midi ou soir. Chez vous, dans la rue, n’importe où. Des efforts ont été engagés pour renverser la tendance, mais un peu tard à mon avis.

La Jirama

Je n’ironiserai pas sur la promesse non tenue de régler les delestages en 3 mois, je vois que des efforts et des investissements ont été consentis mais là encore, un peu trop tard à mon goût. Par ailleurs, le tournant énergies renouvelables n’a pas encore été réellement pris, le thermique occupe une place encore trop importante.

Economie, social, pauvreté

Ces 3 domaines sont étroitement liés entre eux et malheureusement, en la matière c’est pas terrible du tout ! Le Président est sans doute un bon expert-comptable mais en matière d’incitation et de relance économique, nous sommes loin du compte. Je vois quand même pour cette année 2018 un relèvement du plafond pour l’Impôt Synthétique, enfin une mesure incitative mais je vois aussi que c’est encore bloqué au niveau de la HCC.

Donc peu de créations d’entreprises, d’industries, et donc peu de créations d’emplois. Et donc explosion de la précarité, il suffit de voir le nombre de petits marchands informels dans les rues pour s’en convaincre. Une pauvreté qui explique aussi quelque part l’explosion de l’insécurité.

Sur le registre de la pauvreté, ces 5 dernières années j’ai vu mon pouvoir d’achat fondre comme neige au soleil. Tout est devenu produit de luxe à Madagascar.

L’agriculture

Est-ce encore nécessaire que je rappelle mon image fétiche d’un Président de la République qui va aller prendre son angady dès le premier jour de son mandat, pour aller planter du riz ?

Cela n’a malheureusement pas été le cas et le chiffre de l’importation de riz l’année dernière le prouve bien : plus de 500 000 tonnes de riz importé, quelle aberration bon sang avec les millions d’hectares dont nous disposons. Par ailleurs le Malgache c’est son vary gasy qu’il aime consommer, pas du riz qui vient d’on ne sait où.

Foulpointe ? Ambilobe ? Vohémar ? Non, arts malagasy, route digue

Les routes

La rocade comme je l’ai dis est un véritable plus. Mais à part elle ? L’autoroute vers Tamatave semble n’être qu’une mystification. Pire, le réseau routier existant s’est considérablement dégradé, rebouché à la va vite avec des tips tops qui ne tiennent même pas jusqu’aux premières goutte de pluie. Et encore moins au premier cyclone venu.

Un entourage encombrant

Les scandales n’ont eu de cesse d’émailler ce mandat. On passera sur les robes fruitées, il y a eu beaucoup plus grave et plus spectaculaire comme la rocambolesque évasion sanitaire de Claudine Razaimamonjy, sans parler des frasques du beau-frère.

Que penser aussi de ces conseillers qui ont réussi le temps d’un mandat à se constituer des fortunes indécentes ? Avec des garages qui n’ont rien à envier à ceux d’un quelconque potentat en Arabie Saoudite ? Ce n’est pas du ory hava-manana, c’est une demande d’explications sur tous ces biens mal acquis depuis la Transition. Les commis de l’Etat sont redevables envers le peuple, pas le contraire.

Que dire aussi de l’impunité dont bénéficie ce baron du bois de rose, reconverti en Président des “natifs” de sa région ? Sans parler de tous ces autres barons du bois de rose, la plupart millionnaires en euros et qui ne sont nullement inquiétés à ce jour ?

La corruption

Est-ce encore utile d’en parler ? Le PRM l’a évoqué dans son discours de ce début d’année 2018 mais dans les faits, on n’a pas ressenti une ferme volonté du Président de lutter contre ce fléau. Des gestes forts, des gros poissons qui tombent. Il est vrai qu’avec un entourage aussi encombrant, il ne doit pas être très aisé de jongler avec tout ça ?

Les faibles résultats du Bianco ces dernières années démontrent bien cette cruelle réalité.

A propos de elman

Digital Native
Allez on y croit !

Copyright Actutana Inc. - Tous droits réservés.  © 2018